Petit historique de la classe Surprise

Le Surprise voit le jour en 1976 et devient rapidement le voilier le plus populaire du Léman, avec près de 800 unités vendues en Suisse à ce jour. Il est le digne descendant du Corsaire, dont le chantier Amiguet construisait deux exemplaires et demi par semaine dans les années soixante.

François Séchaud est l’homme qui a eu le nez de les découvrir, de les importer et de les promouvoir en Suisse.

« J’ai eu beaucoup de chance », raconte-t-il.

« Je suis allé voir ce bateau au chantier Archambault et j’ai tout de suite eu le déclic. C’était un déplacement léger et il était très innovant pour l’époque. J’en ai amené un en Suisse et je l’ai exposé au Salon du Nautisme de Genève, qui était énorme à l’époque, dans le Parc des Expositions, là où se situe maintenant Uni Mail. Le succès a été immédiat Puis on a disputé la régate de la Pâquerette par une forte bise. On a gagné avec une grande avance. »

Douze Surprises sont vendus dès la première année et sept d’entre eux s’alignent au Bol d’Or 1977. Une classe monotype est rapidement créée, avec des règles de jauge précises et un calendrier de régates attractif.

« Il coûtait 21’000 francs avec les voiles à l’époque », se souvient Séchaud (CHF 60’000 aujourd’hui).

« C’était un bateau polyvalent, qui permettait à la fois de faire de la croisière-camping et de la régate. Mais c’est surtout la régate qui lui a permis de se développer. »

Les meilleurs régatiers du Léman s’y succèdent, à l’image de Christian Wahl ou Dominique Wavre dans un premier temps, puis Jean-Marc Monnard, Michel Vaucher, Alain Marchand, Kiny Parade, Etienne David ou Arnaud Gavairon, qui lui donnent ses lettres de noblesse et font de son championnat annuel l’une des épreuves les plus convoitées de Suisse, avec jusqu’à 70 voiliers sur la ligne de départ.

Les meilleurs talents d’aujourd’hui, souvent issus du Centre d’Entraînement à la Régate, naviguent toujours occasionnellement en Surprise : les frères et sœurs Mettraux, Cyrus Golchan, Christian Toso, Lucien Cujean, Julien Monnier, Jérôme Clerc et tant d’autres.

« Au début, on nous regardait un peu de haut », se souvient Séchaud. « Mais la connotation a changé et aujourd’hui, le classement des Surprises est devenu prestigieux. »

« C’est la classe dans laquelle il est le plus dur de s’imposer », confirme le voilier morgien Gérard Gautier. « En maxi multicoques, il n’y a que douze bateaux au Bol d’Or. Les Surprises, en revanche, sont plus de cent et j’ai beaucoup d’admiration pour celui qui parvient à gagner. »

Des milliers d’équipiers et de propriétaires ont découvert la navigation, la régate et le Léman à bord d’un Surprise. Pour eux, le classement scratch n’a aucune importance : seul le classement au sein de la classe compte. Pied de nez de l’histoire, les skippers de ces modestes voiliers en polyester de 7m50  regardent les Formule 1 du lac de haut ; les vrais vainqueurs moraux du Bol, ce sont eux…

Michel Glaus, l’un des principaux promoteurs de la classe, impute son succès à sa stricte monotypie, sa simplicité et son faible coût. « C’est la classe qui rassemble le plus de voiliers de Suisse, et aussi celle où le niveau est le plus élevé. »

« Aujourd’hui, remporter le Bol d’Or en Surprise est probablement ce qu’il y a de plus difficile », confirme Pierre-Yves Jorand.

« Et c’est peut-être l’équipage le plus méritant du Bol d’Or. »

Plus de 1500 Surprises ont été diffusés dans le monde. Ils naviguent en France, Italie, Japon Autriche, Espagne, Belgique, Allemagne, Portugal et bien sûr en Suisse, qui dispose de la plus belle flotte avec plus de 600 unités sur le Léman. Bateau référence pour le monde de la voile le Surprise n’a pas fini d’étonner !

Événements à venir

Quoi ? Vous ne faîtes pas le critérium d'Ouchy ?

Alors si vous voulez quand même vous envoyer en l'air nous vous proposons de découvrir et tester des foilers, en l’occurrence le :

- le Skeeta, dériveur foiler solitaire
- le Quant 17, dériveur foiler pour 2 équipiers
- le Quant 23, le seul monocoque monotype foiler pour un équipage de 3 personnes

Nous vous invitons à venir découvrir ces bateaux et à les essayer le vendredi 25 mai au port de Rolle de 10h à 20h.

Pour cela, inscrivez-vous par email avant le 23 mai à patrick@pro-sailing.ch en indiquant l’heure de votre venue ainsi que le nombre de personnes qui vous accompagneront.
... See MoreSee Less

View on Facebook

A vos Agendas !
La semaine prochaine aura lieu le deuxième critérium de la TopVoiles Cup 2018 à la Société Nautique d'Ouchy (26 et 27 mai).

L'inscription en ligne est ouverte avec les AC/IC
www.manage2sail.com/fr-CH/event/6fbe3399-4c48-4779-aec6-7476dbd69741#!/

Venez nombreux !
... See MoreSee Less

View on Facebook

4 days ago

ASPRO Surprise Suisse

Le championnat de France à eu lieu ce week-end à la Grande Motte. Avec 26 participants, le podium s'est joué sur a dernière manche. En effet, après 12 manches courues, 10 retenues c'est Mister X (FRA) de Marc Gascon qui remporte ce championnat 2018 avec 34 points (4 victoires) à égalité de points avec Hegoa (FRA) de Robert Marty (2 victoires). Finalement, Frank Reinhardt sur Petit Tabac (SUI) prend la troisième place à un petit point derrière (1 victoire).
Au niveau des autres suisses, La Mariflo de Pierre Moerch prend la sixième place (54 points) et Roll Mops de Sébastien Gicquel la douzième avec 117 points.
... See MoreSee Less

View on Facebook